Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Les Français : un comportement historique d’épargnants

Avec leurs voisins allemands, les Français comptent parmi les plus gros épargnants d’Europe. Cette situation s’explique d’abord par des motifs d’ordre culturel. Mais la tendance à épargner est également liée, de manière marginale, à la conjoncture économique.

Le taux d’épargne en France

En France, le taux d’épargne des ménages, c’est-à-dire les sommes économisées par rapport aux revenus gagnés, se situe autour de 15 % depuis les années 1990. Selon l’INSEE, ce taux devrait atteindre près de 16 % en 2013.

Taux d'épargne des ménages 2011

Source Insee.fr, Comptes nationaux – base 2005

Fin 2011 (dernières sources disponibles), le montant de l’épargne des ménages français ne représentait pas moins de 3 600 milliards d’euros.

Source : Le Monde, « Le rapport Berger-Lefebvre cible l'assurance-vie au détriment de la Bourse » 02 avril 2013

Ce comportement d’épargne traduit une autre réalité : le Français n’est pas un consommateur excessif. Il se rapproche de la fourmi plus que de la cigale.

Un profil d’épargnants spécifique aux ménages français

Le taux d’épargne élevé dans l’Hexagone s’explique par un recours assez peu fréquent au crédit, en particulier au crédit à la consommation. Contrairement aux Anglo-Saxons qui le plébiscitent, les Français préfèrent financer leurs projets en épargnant. On décèle ainsi un comportement d’épargnant basé sur la prudence.

Cette prudence s’est renforcée depuis la crise des subprimes (2007), et a eu un impact direct sur le choix des supports d’épargne. Certes, les Français sont historiquement des épargnants massifs, mais ils plébiscitent désormais les supports les moins risqués.

Il faut enfin noter que le taux d’épargne élevé en France s’explique également par l’existence du système de retraite par répartition. Il assure aux seniors un minimum de revenus leur permettant généralement de continuer à épargner (même si la situation s’est dégradée au cours des dernières années) : une situation inhabituelle, comparée à celle des populations âgées d’autres pays.

Taux d'épargne annuel des ménages (en %)
  2000 2005 2011
Allemagne 15,1 16,3 16,5
Danemark 4,3 3,7 7,7
Espagne 11,1 10,8 11
France 14,1 14,4 15,7
Grèce 3,2 -0,8 ns
Italie 14 16,5 12
Royaume-Uni 4,3 2,8 6
Suède 5,8 6,9 12,9

Source : Observatoire de l'Épargne européenne

L’effet de la conjoncture économique sur le taux d’épargne

Dans un contexte de détérioration de la conjoncture économique, on constate généralement en France le maintien d’un haut niveau d’épargne. La peur du chômage et l’inquiétude face à un avenir incertain incitent les consommateurs à épargner par précaution, plutôt qu’à dépenser leurs revenus.

Quelle que soit la conjoncture, le projet d’épargne qui reste prioritaire demeure bel et bien l’immobilier. Les Français consacrent en effet une part majeure de leurs économies à l’achat d’un bien immobilier, puis au remboursement de leur crédit.

Consulter les autres articles

  1. Les Français : un comportement historique d’épargnants
  2. Les pays champions de l’épargne
  3. Les priorités des Français vis-à-vis de l’épargne
1001989870
Simulateur crédit renouvelable

Des formules de remboursement pour gérer les imprévus du quotidien.

Je choisis mon montant :

Rachat de crédits