Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.
img_bloc_top
C Mon Mag

Webzine d’inspiration pour tous vos projets : de la rénovation de votre maison à l’achat d’une voiture, en passant par les économies d’énergie. Laissez-vous guider !

article-Energie

Bénéficier de la prime énergie de l’Etat

Quelles conditions pour bénéficier de la prime énergie ?

Le gaspillage énergétique engendré par les équipements vétustes est dans la ligne de mire du ministère de l’Environnement depuis plusieurs années. Pour accélérer la rénovation des chaudières dans les ménages modestes, l’État a mis en place un dispositif d’aide financière.

La lutte contre la précarité énergétique constitue un levier important pour la transition écologique. Dans ce sens, un arrêté datant du 21 février 2017 permet depuis aux ménages qui se trouvent dans cette situation de bénéficier d’une prime pour réaliser des travaux de rénovation énergétique : la prime éco énergie, ou prime CEE. Les travaux doivent avoir des effets à long terme en matière d’économie d’énergie et d’environnement. Sont concernés entre autres : l’isolation de combles et de toiture, l’isolation de murs, l’installation de nouvelles ouvertures ou d’une chaudière à condensation… Ce dispositif a lieu chaque année et permet à des milliers de ménages d’engendrer des travaux à moindre coût.

Qui peut bénéficier de la prime ?

Contrairement aux idées reçues, tous les ménages peuvent bénéficier de cette prime. Celle-ci sera simplement plus ou moins importante selon les critères d’attribution. Seconde information : cette prime est à destination des particuliers mais pas seulement ! Les professionnels peuvent eux-aussi en bénéficier sous certaines conditions.

Quel est le montant de la prime CEE ?

La prime varie en fonction des travaux à effectuer : installation d’une chaudière neuve en bois de classe 5, d’un programmateur centralisé pour les radiateurs électriques ou encore d’un émetteur électrique à régulation électronique… Mais aussi et surtout, c’est la situation géographique et le nombre de personnes dans le ménage qui importe.

En fonction des critères établis, la prime sera d’un montant plus ou moins important. Par exemple, un ménage de 1 personne en Île de France pourra percevoir jusqu’à 24 194€ de prime pour l’année 2019. Dans cette même région, le montant maximum passe à 56 970€ pour un ménage de 5 personnes. Retrouvez le tableau des remboursements sur le site Web consacré à la Prime énergie.

Quelles sont les démarches pour en bénéficier ?

Pour cette nouvelle année de prime énergie, l’Etat a voulu frapper un coup fort et doubler le nombre de primes allouées. L’objectif affiché est de réduire l’énergie de 1.600 TWh chez les ménages.

Les conditions sont au nombre de 2. Il faut que les travaux concernent un logement de 2 ans ou plus (qu’il s’agisse d’une résidence principale ou secondaire) et que ces travaux soient effectués par un artisan agréé RGE (Reconnu Garant de l’Environnement).

Les ménages éligibles à la prime devront choisir un partenaire agrée CEE (Certificat d’économies d’énergie) et signataire de la charte d’engagement. Ce partenaire proposera une offre qui sera signée par le candidat à la prime avant la signature du devis des travaux. La dernière étape consistera à choisir un professionnel disposant du label « reconnu garant de l’environnement » (RGE) pour la réalisation des travaux. Enfin, il faut s’assurer que les travaux que l’on souhaite effectuer font bien partie de la liste des travaux éligibles à la prime CEE. Voir la liste. La meilleure des façons reste de faire une simulation sur le site de la prime avant de faire ses travaux, puis de faire une demande de prime en ligne en ayant pris soin de garder tous les documents contractuels.

La prime peut être perçue sous forme de chèque, de virement bancaire, de déduction de coût des travaux ou encore sous forme de bons d’achats. Cette subvention est cumulable avec l’éco-prêt à taux zéro et le crédit d’impôt pour la transition énergétique, des dispositifs qui visent aussi à améliorer les performances énergétiques d’un logement.

L’Observatoire national ONPE estime que douze millions de personnes sont en situation de précarité énergétique en France, quand six millions de ménages consacrent plus de 10% de leurs revenus aux dépenses en gaz et en électricité.