Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.
img_bloc_top
C Mon Mag

Webzine d’inspiration pour tous vos projets : de la rénovation de votre maison à l’achat d’une voiture, en passant par les économies d’énergie. Laissez-vous guider !

article-Maison

Dans une maison passive, il fait froid en hiver

Exemple d’une maison passive

Avec une consommation annuelle maximale de 120 kWh par m2 en énergie primaire et 15KWh par m2 en énergie de chauffage, la maison passive affiche des performances énergétiques record sans pour autant jamais sacrifier au confort de vie de ses occupants. Coup de froid sur quelques idées reçues !

Les maisons passives ne sont pas confortables en hiver

Faux : L’isolation renforcée de la maison passive réduit considérablement les écarts de température entre les murs et fenêtres et le reste de la pièce, or ce sont ces écarts plutôt que la température ambiante elle-même qui procurent la sensation de froid. L’étanchéité parfaite de la maison maintient également dans la pièce la chaleur produite par les occupants lors de leurs activités (cuisine, douches et bains, lavage et séchage du linge, informatique...) tout en supprimant les risques de courant d’air froid. Enfin, le renouvellement permanent de l’air empêche toute humidité, autre vecteur de sensation de froid. A température égale, la chaleur ressentie est donc souvent supérieure à celle perçue dans une maison de construction classique.

Même dans les maisons passives, il faut chauffer en hiver

Vrai. En dehors des périodes de grand froid, l’isolation et l’orientation des ouvertures permettent généralement de se passer de chauffage. Le recours à un chauffage d’appoint (pompe à chaleur, par exemple) peut malgré tout être nécessaire en cas de baisse drastique des températures. Mais, en France, ces conditions météorologiques extrêmes restent rares et de courte durée.

On ne peut pas ouvrir les fenêtres pour aérer

Faux. Les maisons passives sont équipées de VMC (ventilations mécaniques contrôlées) à double flux pour assurer un renouvellement constant de l’air ambiant sans nécessiter l’ouverture des fenêtres. Pour limiter au maximum les pertes de chaleur, la gaine amenant l’air extérieur entrant (froid) est simplement réchauffée par celle évacuant l’air intérieur vicié (chaud) par le biais d’un échangeur thermique. Rien n’interdit pour autant aux occupants d’ouvrir les fenêtres à condition que ce soit sur de courtes périodes, de préférence aux heures chaudes de la journée. Ces précautions prises, l’incidence sur la consommation énergétique reste minime.

Les maisons passives sont forcément des maisons neuves

Faux. Il est tout à fait possible de rendre passif une maison, ou un bâtiment ancien, mais les travaux sont souvent conséquents. Ils obligent généralement à la pose d’un isolant extérieur sur les façades, au remplacement des ouvertures par des fenêtres triple vitrage et à l’installation d’une ventilation mécanique contrôlée double flux. Les performances thermiques des maisons ainsi rénovées n’ont en revanche rien à envier à celles des maisons neuves. Pour preuve, les critères de certification pour la rénovation (Enerphit) sont sensiblement les même que pour le neuf à l’exception de la consommation en énergie de chauffage passée de 15 à 25kWh/m2 et par an.

Les maisons passives coûtent cher

Vrai et Faux. A la construction, une maison passive est en moyenne 15 à 20% plus chère qu’une maison traditionnelle. Ce surcoût peut-être en parti compensé par les aides de l’Etat : crédit d’impôt, ECO Prêt à Taux Zéro,... De plus, son coût à l’usage est nettement moindre puisque la facture de chauffage est environ 7 fois moins élevée que celle d’un bâtiment classique bien isolé.
De nombreuses entreprises comme Hager Services, vous proposent d'équiper votre maison de manière intelligente avec des solutions innovantes qui vous permettront de faire de belles économies.